Huawei accuse Xiaomi de copier sa technologie de téléphone pliable

Huawei accuse Xiaomi de copier sa technologie de téléphone pliable

Dans le monde de la propriété intellectuelle, les litiges peuvent se transformer en batailles juridiques complexes, où des affaires apparemment simples se transforment en longues batailles judiciaires.

Récemment, Xiaomi et Huawei ont fait la une des journaux dans le cadre d’un litige portant sur des brevets de smartphones pliables.

Huawei a intenté une action en justice contre Xiaomi, alléguant une violation de brevet liée aux charnières des smartphones pliables. Cependant, Xiaomi a nié ces allégations, soulignant que le représentant de Huawei avait déformé les faits et porté de fausses accusations.

Le brevet en question, connu sous le nom de technologie « os de dragon » dans les téléphones pliables, selon le défendeur, a été développé et breveté indépendamment.

La défense de Xiaomi a mis l’accent sur les différences significatives entre les deux brevets, allant même jusqu’à dire : « Nous exhortons Yu à suivre des « normes scientifiques fondamentales et rigoureuses » et à cesser de critiquer injustement ses concurrents ou d’induire le public en erreur à l’avenir. »

Cette technologie a fait ses débuts dans le modèle Xiaomi Mix Fold 3, particulièrement remarquable pour son mécanisme de charnière, qui a attiré l’attention de Huawei.

Toutefois, l’issue du litige en matière de brevets entre ces deux entreprises reste pour l’instant incertaine. Dans des cas de cette nature, la détermination de la vérité et de qui a raison est complexe, en particulier lorsqu’il s’agit de procès en matière de brevets. Ces procédures peuvent durer des années et engendrer des frais de justice importants.

C’est pourquoi les parties concernées préfèrent souvent régler le litige plutôt que de le prolonger. Cela pourrait également être le cas entre Xiaomi et Huawei.