Evil West : critique – Vas-y, fais-moi plaisir !

Evil West : critique - Vas-y, fais-moi plaisir !

Il y a quelque chose à dire sur le fait de placer un jeu sur un chasseur de vampires dans un décor de western. A bien des égards, Evil West est le jeu vidéo qui aurait pu sortir de l'esprit de John Carpenter. La prémisse intrigante fait déjà dresser les oreilles et les images de pré-lancement ont suscité une certaine excitation – mais le jeu de tir à la troisième personne est-il à la hauteur du sang, des éclaboussures et des frissons ou est-il plus nul que ses créatures suceuses de sang dans le jeu ?

RELATIF : Sonic Frontiers : critique – Un tout nouveau monde

Mourir n’est pas vraiment une vie, mon garçon.

Dans Evil West, l'Institut Rentier est l'organisation de chasseurs de monstres qui surveille les frontières. Les joueurs rencontreront Jesse Rentier, le personnage principal de cette histoire. Pensez à Jesse comme à un protagoniste de type Clint Eastwood – peu de mots mais beaucoup de combat en lui.

Le gameplay se déroule dans le Vieil Ouest alors que Jesse doit frapper, tirer et mutiler une variété d'ennemis et de boss macabres. Bien qu'il dispose des pistolets et fusils à pompe habituels, il tient également un gantelet puissant sur son bras qui permet plusieurs capacités différentes, selon la progression dans le jeu et le déblocage de l'arbre de compétences. Par exemple, le gantelet électrifié possède la capacité d'électrocuter ou d'aspirer les ennemis pour un combat plus rapproché. En utilisant différents combos, les joueurs pourront infliger des dégâts uniques et gores à leurs adversaires. L'un des moments les plus drôles est lorsque Jesse frappe les hors-la-loi si fort que leurs chapeaux s'envolent – je ne sais pas pourquoi, mais c'est hilarant à chaque fois.

Si les mécanismes de jeu peuvent sembler lents ou peu puissants au début, cela change radicalement à partir de la deuxième mission, lorsque le jeu prend vraiment vie. C'est là qu'Evil West devient la fusion parfaite de Devil May Cry et de God of War, car il exige une approche de combat innovante à mesure que les ennemis deviennent plus durs et que leurs hordes grandissent.

L’enfer d’un midi élevé

Ne vous y trompez pas, Evil West est fantastique et tourne bien à 60 FPS. Il associe les designs infernaux et superbes des créatures aux décors étouffants et poussiéreux. Il est clair que beaucoup de temps a été consacré aux petits détails de chaque mission, y compris les herbes folles et les araignées dans certaines missions.

Le seul problème principal est l'angle de la caméra dans certaines zones. Lorsqu'on est entouré de plusieurs ennemis dans un environnement étroit, la caméra devient un peu gênante et le joueur doit faire preuve d'une certaine vivacité d'esprit pour éviter d'être détruit par ses ennemis. C'est un problème mineur qui n'est heureusement pas trop répandu.

RELATIF : God of War Ragnarok : critique – Kratos reste le Dieu de la PlayStation

Evil West ne perd pas de temps à attendre.

Le développeur Flying Wild Hog a confirmé qu'Evil West prend 10 à 15 heures pour être terminé, et c'est une estimation précise du temps que le jeu devrait prendre à la plupart des joueurs. Bien que cela puisse sembler court pour la plupart des joueurs qui s'attendent à environ 40 heures de jeu de nos jours, cette durée de jeu réduite convient en fait à ce titre. Il s'agit d'un jeu amusant, facile à prendre en main, qui ne cherche pas à trop compliquer les choses ou à être tout pour tout le monde. Il a certainement un attrait pour la vieille école, car il a plus de points communs avec les jeux du passé qu'avec les jeux actuels. De plus, il est possible de jouer en coopération et de faire l'expérience du jeu sur différentes difficultés, ce qui lui confère une véritable valeur de rejouabilité.

La Revue

L’Ouest maléfique

PROS

  • Excellente mécanique de jeu
  • Un scénario captivant
  • Des créatures fantastiques

CONS

  • La caméra peut parfois être gênante

Revue de détail

  • Gameplay
    0%

  • Graphiques
    0%

  • Valeur de relecture
    0%

  • Son et musique
    0%

  • Histoire
    0%